Conseil Financier & Gestion de Patrimoine
© Patrimoine et Gestion S.A 2005
Guillaume Henri Dufour (1787-1875)

Un exemple pour la Suisse, un exemple pour les Suisses




Liens
Son parcoursMEMO - Wikipedia
bibliographieDufour en images (état d'avancement au 07.02.2011)
Dictionnaire historique de la Suisse français, deutsch, italiano
Swisstopo : Historique 1809-1899  - cartes historiques au 1:100'000 -
carte historique/actuelle
CICR : Résumé - Historique 
Dunant - Moynier - Quid de leur application ? - Quid des sanctions (video)
Les Salons du Général Dufour :  Pour en savoir plus...

Sa vie et son oeuvre
Fils de Bénédict DUFOUR (1762-1837), horloger et Pernette VALENTIN (1760-1829), institutrice, brodeuse. 
Naît le 15 septembre 1787 à Constance où sa famille avait trouvé refuge après les troubles de Genève de 1782
Retourne à Genève en 1789, au moment de la Révolution française
26 août 1796, naissance de sa soeur Elisa(beth) (1796-1893)
Entré 140ème à Polythechnique à Paris en 1807, il en ressort 5ème en 1809 et choisit comme arme le génie des fortifications
Poursuit sa formation à l'Ecole d'application de l'artillerie et du génie de Metz en 1809, école qu'il ne pourra pas terminer
L'Empire le réclame à Corfou où,
sous les ordres du colonel Baudrand, il renforce les fortifications de l'île contre les anglais.
Service actif en France de 1811 à 1817 en tant qu'Officier du génie
Capitaine, il y est sévèrement brûlé le 11 juin 1813 lors d'une reconnaissance navale. Quitte Corfou en 1814
Rentre en France après la chute de l'Empereur. Quitte définitivement l'armée française le 14 février 1817
Choisit de rentrer à Genève et épouse Suzanne BONNETON (1797-1867) le 15.09.1817. Ils auront 4 filles :
Anne Octavie, dite Annette (1818-1891), Louise Frannçoise (1823-1874), Elisabeth (1828-1883) et Amélie (1836-1914)
Ingénieur Cantonal de Genève, en charge des affaires militaires et de l'urbanisme de 1817 à 1850
Enseigne la géométrie et les mathématiques à l'Académie de Genève en 1823, puis l'hydraulique en 1839
Parmi ses autres enseignements : la géodésie, la limnimétrie, la gnonomique, la mécanique appliquée, (et d'autres encore...)
Co-fondateur en 1819 de l'Ecole Militaire Centrale Fédérale de Thoune, il y sera instructeur du génie jusqu'en 1831
Capitaine instructeur des troupes du Génie et des officiers d'artillerie (le futur Napoléon III fut son plus illustre élève)
Se bat pendant près de 10 ans pour faire adopter un drapeau fédéral à notre armée
Fonde en 1832 le Bureau topographique fédéral (les cartes Dufour sont aujourd'hui encore la référence)
Dirige les travaux d'établissement de la 1ère carte topographique de la Suisse au 1:100'000 de 1833 à 1865
Prend en 1847 la tête de l'armée avec le grade de Général et mène la Guerre du Sonderbund contre 7 cantons catholiques
Il réussit à liquider cette guerre entre Confédérés en 25 jours, avec des pertes minimes (78 morts chez les Confédérés)
Désigné sous le vocable "le Pacificateur" par la Diète. Rappelons que la Constitution Suisse date de 1848
Co-fondateur en 1852 de la Compagnie des chemins de fer Lyon-Genève, il s'implique beaucoup dans l'arrivée du train à Genève
A nouveau nommé Général en chef de l'armée, fin 1856, dans l'Affaire de Neuchâtel avec la Prusse
Un des 5 co-fondateurs avec Henri Dunant de la Croix-Rouge, initialement "Comité International de Secours aux Blessés"
Chevalier (1814), Commandeur (1848), Grand Officier (1852), Grand-Croix (1866) de la Légion d'honneur
En son honneur, le plus haut sommet de Suisse (4633.9 m - massif du Mont-Rose) fut baptisé "Pointe Dufour"
Se retire en 1867 de l'Etat-major fédéral
S'éteint le 14 juillet 1875, à l'âge de 87 ans, dans sa propriété des Eaux-Vives.

La Maison Dufour
(
Rue de Contamines 9A, 1206 Genève)
En 1839, Dufour vend le château de Montrottier et achète en 1843 une parcelle de terrain à Contamines, quartier des Eaux-Vives, Genève. Il dessine les plans de sa maison et charge son ami architecte Samuel Vaucher de la construire. Il y vit de 1845 jusqu'à sa mort en 1875. En 1848, pour le remercier pour la conduite exemplaire de la guerre du Sonderbund, l'Etat de Genève lui offre, sur l'argent levé pour la guerre et non utilisé, une parcelle adjacente. La propriété reste en mains familiales jusqu'en 1963, date à laquelle la famille Martin, descendant du côté de Anne L'Hardy, se voit forcée par la Ville de Genève de vendre la maison pour un plan d'aménagement qui n'aura jamais été exécuté. Depuis 1863, la maison fut louée au Centre social protestant qui en fit un foyer pour les réfugiés espagnols, puis laissée sans entretien et malmenée jusqu'à ce qu'en 1990, où un groupe de bénévols décident de s'en occuper et de lui redonner du lustre. La propriété est toujours aujourd'hui propriété de la Ville de Genève.
En 1990, elle est confiée aux bons soins de la Fondation pour la Conservation de la Maison du Général G.-H. Dufour qui, depuis le 21 mars 1991, sous l'active présidence d'Emile Filletaz, va la remettre en état. A sa mort, René Thonney en reprend les rennes et s'emploie par le biais du Cercle du Général G.-H. Dufour à lui donner vie en accueillant de nombreuses sociétés militaires et civiles : à fin 2010, on n'en compte pas moins de 23, dont Patrimoenia, et nous sommes très fiers de ce privilège. La maison est gérée par la famille Monney qui en assure l'intendance avec beaucoup de gentillesse et de dévouement

Patrimoenia     Autres initiatives pour la sauvegarde et la mise en valeur du patrimoine